Région Réunion

Accueil > Actualités > NRL : le point sur l’avancement des travaux

NRL : le point sur l’avancement des travaux

21 mai 2015
Chargement du player...
NRL : le point sur l’avancement des travaux

Comme annoncé, il y a plusieurs semaine, la Région Réunion fait régulièrement le point sur l’avancée des travaux de la Nouvelle Route du Littoral. Dominique Fournel Vice-président en charge du nouvel axe entouré des différents intervenants du chantier annonce que la réalisation des différentes phases est dans les temps prévus. Pas de retard annoncé. L’approvisionnement en matériaux est quant à lui local et encadré par la DEAL.

Télécharger le dossier de presse complet

Pour rappel, La Nouvelle Route du Littoral prévoit dans sa structure plusieurs sections de digues tout le long de l’axe stratégique reliant Saint-Denis à La Possession. Ce sont ainsi six digues plus ou moins longues qui doivent être réalisées pour assurer les jonctions avec la terre ferme et avec les viaducs, des digues conçues pour résister à une houle cyclonique centennale. En totalité, les tronçons de digues représenteront à terme une longueur de 6,7km. Pour l’heure, les travaux en cours, et à la charge du Groupement GTOI /SBTPC/Vinci Construction Terrassement, concernent l’échangeur de La Possession et le tronçon de digue attenante ainsi que la section de digue Ouest de la Grande Chaloupe. Pour l’échangeur, la section de digue d’environ 400m devrait être livrée en octobre 2015.

Les travaux de digue à la Grande Chaloupe ont démarré pour réaliser prioritairement les interfaces avec le viaduc de la Grande chaloupe (Eiffage TP/ Razel Bec / Saipem / NGE contracting / Guintoli) puis celle avec le Viaduc du Littoral(Vinci Construction Grands Projets/ Bouygues Travaux Publics / Dodin Campenon Bernard / Demathieu Bard Construction).
Les autres travaux de digues seront également assurés par le groupement GTOI /SBTPC/Vinci Construction Terrassement.

En termes de prise en compte des effets du réchauffement climatique, l’opération s’est basée sur les hypothèses actuellement émises par le GIEC (Groupe International d’Experts sur le Climat) et l’ONERC (Orbservatoire National des Effets du Réchauffement Climatique) pour la remontée du niveau des océans.
L’ouvrage est ainsi dimensionné pour résister à des houles cycloniques centennales en intégrant une remontée substantielle du niveau des océans, ce qui n’est pas le cas de l’axe existant qui est déjà très vulnérable par rapport aux intempéries diverses (fortes pluies, fortes houles, cyclones...).